Youtube, Instagram, Twitter et compagnie sont valorisées à plusieurs milliards chacune, mais ces sociétés sont déficitaires en terme de profit. Malgré le succès populaire, ces services n’ont toujours pas de modèle économique viable ?

Confiance des investisseurs, valorisation à haute de plusieurs milliards en bourse, énormes bases d’utilisateurs, on pourrait croire que les entreprises comme Snapchat, Youtube, Instagram ou encore Spotify soient des valeurs sûres, vivant une situation paradisiaque ou tout va pour le mieux. Pourtant, elles publient chaque année des résultats financiers inquiétants pour quiconque y jette un coup d’oeil.

Si on prend l’exemple des plus populaires de ces entreprises ayant une valeur boursière bien plus élevée que les revenus générés, le constat est étonnant.

Chez Twitter par exemple, bien que le réseau social compte plus de 300 millions d’abonnés à l’heure actuelle, la situation va de mal en pis. Des dirigeants quittent le navire, des centaines d’employés sont licenciés et des millions de dollars sont perdus chaque année. En 2014, une perte nette de 578 millions de dollars a été enregistrée.

Youtube, plateforme de vidéo en ligne ô combien populaire et rachetée par Google pour 1.65 milliards, ne voit pas le bout du tunnel. Bien qu’elle soit valorisée à plusieurs dizaines de milliards de dollars, elle génère tout juste assez d’argent pour payer les éditeurs de contenu, les Youtubeurs, et pour assumer le coût gargantuesque de ses serveurs.

WhatsApp, petite startup rachetée par Facebook pour 22 milliards de dollars, a elle aussi de grosses difficultés malgré l’espoir placée en elle par Mark Zuckerberg et son groupe. En 2014, elle aurait accusé une perte de 232 millions de dollars.

Et ces trois grands noms ne sont pas les seuls dans une situation aussi périlleuse. Airbnb (déficit de 150 millions en 2015), Instagram, Snapchat (128 millions de pertes en 2014), Spotify (162 millions de pertes en 2014), sont toutes menacées par les mêmes perspectives de licenciement et de troubles financiers à moyen et long terme.

Et bien que certaines initiatives aient déjà été entamées par plusieurs d’entre elles pour rétablir la situation (la plupart d’entre elles prévoient de passer dans le vert d’ici deux ou trois ans), certains analystes craignent que la bulle créée par leur modèle économique ne pose de gros problèmes à l’échelle globale si ce contexte persistait trop longtemps. Ces « licornes » et autres entreprises sur-évaluées sont-elles en train de nous diriger droit vers une nouvelle crise financière ?

Source :

Toolito

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here