No Man’s Sky va-t-il devenir à sa sortie (le 9 Août) une nouvelle victime de l’horrible machine à hype du monde des Jeux Vidéo ? Comme Destiny, Brink et bien d’autres jeux avant lui, le bébé de Hello Games pourrait décevoir tous ses fans à son atterrissage.

Dans moins d’une semaine maintenant, No Man’s Sky (NMS) sera livré aux joueurs PC et PS4 qui l’attendent comme le messie des jeux vidéo. Son univers généré à la volée, ses « quintillions » de planètes à découvrir et ses vaisseaux spatiaux ont créé une attente presque sans précédent. Mais après la mise en ligne de vidéos de gameplay, dont nous avons parlé précédemment, de grosses craintes ont pris forme dans l’esprit de ces mêmes joueurs.

L’inquiétude autour de NMS

Depuis que Daymeeuhn, un internaute avec un peu trop d’argent sur son compte en banque, a révélé en exclusivité du gameplay de No Man’s Sky, la communauté qui s’était formée autour du jeu s’était embrasée. En quelques minutes de jeu, et quelques commentaires seulement, il avait installé le doute dans la tête de joueurs qui étaient jusque là convaincu de la qualité du jeu de Hello Games. Le fondateur du studio, Sean Murray, aurait-il menti à propos du contenu ? L’univers ne sera pas aussi grand que promis ? Il ne renfermera pas autant de secrets que prévu ? Le gameplay deviendra lassant trop rapidement ? Le drama avait atteint une telle ampleur que le développeur avait du réagir sur Twitter, implorant les fans d’attendre la sortie du jeu pour juger réellement de sa qualité, de ne pas se baser sur du gameplay leaké.

Les précédents de Destiny, Brink, …

Mais si les craintes se confirment, si No Man’s Sky s’avère être moins ambitieux qui ce que les trailers et les communiqués officiels ont promis, il ne serait pas le premier à décevoir ainsi. En 2014, Bungie avait fait passer ses fans par le même ascenseur émotionnel avec Destiny. Perçu à cause de son marketing comme un gigantesque space-opera, avec un vaste univers a explorer et une histoire passionnante à suivre, il avait forcé les joueurs à revoir leurs rêves à la baisse à sa sortie. Ce n’était qu’un pseudo-MMO en FPS, ou le loot trouvé dans des zones restreintes et après des combats plus ou moins répétitifs était le plus important. Un concept qui a trouvé son public au final, mais qui avait rapporté au jeu une flopée de mauvaises notes et de mauvais commentaires dans la presse et chez les gamers.

Pour Brink (2011), Bethesda avait laissé croire que ce FPS allait révolutionner le genre, en mélangeant du Parkour façon Mirror’s Edge avec des combats endiablés en solo comme en multi. Au final, le jeu s’était vautré à cause de son histoire lamentable, son IA catastrophique et son très maigre contenu (seulement 8 maps en multi).

Espérons que No Man’s Sky ne suivra pas le chemin de ces deux titres, et qu’il prouvera dès le premier jour tout ce qu’il a dans le ventre. Le si important « Day One », pour lequel Hello Games aurait apparemment déjà mis au point un patch à télécharger.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here