Google Traduction aurait donc permis de traduire la lettre de Fidel Castro à Obama pour différents organes de presse aux Etats-Unis. Un procédé étrange… qui met en avant l’influence de l’outil de traduction, même sur des sujets politiques !

Ces derniers mois en Amérique du Nord ont été marqués, en plus de la course à la présidentielle, par le rapprochement historique entre Cuba et les Etats-UInis. Pour la première fois en plusieurs décennies, un président Américain a posé les pieds sur le sol Cubain. Barack Obama a fait une visite de courtoisie dans le pays et s’est affiché avec Raul Castro pour quelques parties de Baseball et des conférences de presse.

Cependant, après son départ, Fidel Castro a rappelé au monde entier qu’il était toujours vivant et qu’il n’oubliait pas les affronts commis par les USA à l’encontre de son pays et son autorité. L’ancien président de Cuba explique dans une lettre de 1500 mots les raisons pour lesquelles il pense qu’un climat réellement amical entre les deux pays n’est pas possible.

Et étrangement, cette lettre a été traduite et comprise par le reste du monde… grâce à Google Traduction. Plusieurs sites web anglophones ont en effet préféré se tourner vers le service en ligne de Google pour comprendre l’opinion de Castro, plutôt que de faire confiance à un traducteur en chair et en os.

Sans surprise, le résultat obtenu était par moment très confus, mais pouvait être compris dans les grandes lignes. Voici un extrait qui en dit long :

In 1961, just two years and three months after the triumph of the Revolution, a mercenary force with cannons and armored infantry, equipped with aircraft, was trained and accompanied by warships and aircraft carriers in the US, raiding our country. Nothing can justify this premeditated attack that cost our country hundreds of killed and wounded.

En 1961, juste deux ans et trois mois après le triomphe de la Révolution, une force de mercenaires avec cannons et infanterie armée, équipés d’avions, a été entraînée et accompagnée par des vaisseaux de guerre et portes-avions des USA, attaquant notre pays. Rien ne peut justifier cet acte prémédité qui a couté à notre pays des centaines de blessés et de morts.

Si cette interprétation faite par Google Traduction est correcte, Fidel Castro semble incapable de faire table rase du passé et n’a pas l’intention de laisser son frère se rapprocher du gouvernement des USA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here